Les risques routiers

[avatar user= »rjblache » size= »thumbnail » align= »left »]
Auteur :
Blache Rémy-Julien
Mise à jour : 
01/12/2013

Sommaire :


Tous les jours, des milliers d’usager se côtoient sur les réseaux routiers. Voitures, piétons, vélos, autobus doivent parfois partager un même espace. Afin que cette cohabitation se déroule dans les meilleures conditions, ils doivent, d’une part, respecter les règles du code de la route et, d’autre part, faire preuve de civilité. Les chiffres de l’INSERR (Institut National de SEcurité Routière et de Recherche) ont révélé qu’entre 2002 et 2007 le taux de mortalité avait diminué de 33%. Prés de 10 000 vies ont donc été sauvées en 2007 grâce à la mise en place d’action de prévention destinées à sensibiliser les usagers de la route. Mais malgré ces résultats encourageants le nombre de tués sur la route reste important.

Les causes des accidents de la route sont multiples : non-respect du code de la route, confiance excessive, conduite à risques, condition de trafic… Selon le rapport de l’INRETS (Institut National de Recherche sur les Transports et leur Sécurité), le facteur humain est à l’origine d’une grande majorité d’accidents de la route. De plus, le cumul de plusieurs facteurs augmentent les risques d’accidents et la gravité des conséquences.

Les jeunes de moins de 25 ans, qui manquent d’expérience et sont parfois trop confiants, sont les plus touchés. Les seniors sont également fortement concernés (baisse de la vue, diminution des réflexes…).

La conduite est une activité qui nécessite une concentration importante et une bonne santé. Cette activité souvent banalisée, requiert une attention particulière et ne doit pas être perturbée par :

  • L’alcool
  • La prise de médicaments
  • La prise de substances psycho-actives
  • L’usage du téléphone portable
  • La fatigue
  • Une vitesse excessive.


L’alcool

Il peut modifier considérablement les sensations, et  c’est pourquoi il est important de ne pas prendre le volant après en  avoir consommé. A partir du premier verre d’alcool, le conducteur prend des risques : son  champ de vision est perturbé et réduit, il estime mal les distances, a des difficultés à distinguer les formes. Ce qu’il faut retenir :

alcootest sécurité routier

  • En 2007, l’alcool au volant a tué 1 000 personnes et blessé 5 000 autres.
  • En France, le seuil de tolérance est fixé à 0,5g d’alcool par litre de sang.
  • Un verre d’alcool (dosage bar) augmente le taux d’alcoolémie de 0,2 à 0,25g par litre de sang, et il faut en moyenne au corps une heure pour éliminer de 0,1 à 0,15g/L.
  • Entre 0,3 et 0,5g/L, la vision est perturbée et l’estimation des distances est faussée.
  • Entre 0,5 et 0,8g/L, le temps de réaction est beaucoup plus long, la vision est altérée et ne permet plus de distinguer correctement les formes et les panneaux.
  • Lorsque le taux est supérieur à 0,8g/L, l’analyse de la route et la prise de décision sont difficiles, la conduite est inadaptée, et cela provoque des problèmes de coordination et de synchronisation des gestes.
  • En 2007, il y a eu près de 90 000 interpellations pour ivresse publique.

 


Les médicaments

La prise de médicament est fortement déconseillée lorsque l’on doit conduire. En effet, il a été démontré que certain médicaments pouvaient avoir des conséquences plus ou moins importantes sur les réflexes, l’appréciation des distances ou de la vitesse. Depuis le 10 mai 1999, une signalétique a été mise en place sur les boites de médicaments pour sensibiliser les gens à ce risque. Il s’agit de triangles colorés qui définissent trois niveaux de risque :

Signalétique conduite médicament voiture


Les drogues

Les drogues sont des substances dites « psycho-actives » car elles agissent essentiellement sur le système nerveux. Leur consommation, sous quelque forme que ce soit (comprimés, herbe séchée, ampoule…) est interdite en France, et la conduite sus leur emprise est punie par la loi. Les drogues provoquent des troubles de la concentration, de la vision ou du comportement (somnolence, hallucinations parfois, paranoïa) et il est très dangereux de prendre la route après en avoir consommé.


Le téléphone portable

Il a été confirmé par des études de santé que l’utilisation du téléphone portable lors de la conduite pouvait avoir des conséquences néfaste sur celle-ci, même avec le kit main-libre. En effet, l’attention nécessaire pour une communication téléphonique mobilise la même partie du cerveau que celle mobilisée pour la conduite. Le cerveau doit alors gérer deux activités bien distinctes avec une seule zone de cerveau sollicitée, ce qui a pour conséquence de réduire largement la concentration portée à la route.


La fatigue

On distingue deux types de fatigues : la fatigue liée à un état de santé affaibli et la fatigue générale, conséquence d’une journée de travail ou d’un manque de sommeil. Dans un cas comme dans l’autre, cela peut avoir comme conséquence l’endormissement au volant, donc l’accident. Aujourd’hui, un accident au volant sur cinq a pour cause la fatigue. Celle-ci se manifeste par plusieurs signes :

  • Raideur de la nuque
  • Douleur dans le dos
  • Picotement des yeux et des paupières lourdes
  • Périodes d’absence et difficulté à se concentrer
  • Bâillement et envie de changer souvent de position.

baillement fatigue au volant

La prévention routière recommande de faire des pauses toutes les 2 heures et de modérer la vitesse de conduite. En effet, un conducteur qui roule vite est beaucoup plus fatigué car il doit analyser une grande quantité d’information en peu de temps.

 


La vitesse

Même si la vitesse est réglementée en fonction du type de route où l’on se trouve, de trop nombreux conducteurs ne respectent pas ces limitations. De nos jours, un accident mortel sur deux est lié au non-respect de la limitation de vitesse. Les conséquences sont encore plus importantes la nuit puisque la visibilité est plus réduite.

vitesse excessive au volant

La distance d’arrêt d’un véhicule varie bien sûr en fonction de la vitesse : plus la vitesse est importante, plus la distance d’arrêt est importante. La distance d’arrêt estimée en fonction de deux éléments : le temps de réaction (qui est propre à chaque personne) et le distance de freinage (qui sera plus ou moins variable en fonction de l’état de la route et des conditions climatique). En moyenne, il faut 28 métres pour s’arrêter lorsque l’on roule à 50 km/h par beau temps. Lorsqu’il pleut, cette distance est doublée.


Les règles à respecter 

Les facteurs humain étant à l’origine de la plupart des accidents de la route, il est important de prendre conscience que certains comportement peuvent mettre notre vie et celle d’autrui en danger.

Pour que cyclomoteurs, bus, autos, vélos, piétons puissent se côtoyer en toute sécurité, il faut respecter certaines règles de base.

Pour les véhicules automobilistes

  • Respecter le code de la route.
  • Vérifier régulièrement l’état du véhicule (vitres, pression des pneus, optiques de phare, révision mécanique…)
  • Prendre le volant dans les meilleures conditions possibles (pas d’alcool, de médicaments ni de drogue, être reposé, ne pas utiliser le téléphone portable).
  • Respecter les distances de sécurité entre les véhicules : d’un véhicule à l’autre et lors du dépassement d’un deux-roues.
  • Adapter sa vitesse en fonction du trafic et des autres usagers.
  • Rester maître de son véhicule.
  • Faire preuve de patience et de courtoisie.

Pour les deux-roues

  • Respecter le code de la route.
  • Porter un casque.
  • Se protéger en se rendant visible sur la route (gilet, lumière, brassard…).
  • Vérifier régulièrement l’état et le bon fonctionnement du véhicule.
  • Ne pas utiliser les voies réservées aux piétons ou aux bus.
  • Être attentif aux autres usagers, surtout lors des dépassements ou changement de direction.

Accident sur voie publique de la route moto AVP

Pour les piétons

  • Respecter le code de la route.
  • Utiliser les trottoirs et les rues piétonnes.
  • Utiliser les passages protégés et faire attention en traversant, surtout en sortant des transports en commun.
  • Se rendre visible la nuit avec des bandes réfléchissantes.

Si vous ne vous rappelez plus quelle est la conduite à tenir lors d’un accident de la route ,
retour au chapitre sur : La protection – cas particuliers [cliquez ici]

note cours